Un local mis à disposition du collectif « Gembloux hospitalière » par la commune

Bonne nouvelle pour le collectif « Gembloux hospitalière » qui vient en aide aux personnes migrantes dans la Cité des Couteliers:  le collège communal met à sa disposition depuis fin avril un local à la rue du Huit Mai. Le collectif peut y stocker tout son matériel et servir des repas tous les soirs. Les migrants peuvent également se reposer là durant la journée. Tout cela se faisait jusque là dans des locaux différents à plusieurs endroits de la Ville, ce qui compliquait la tâche des bénévoles. Cela faisait d’ailleurs plusieurs mois qu’ils étaient à la recherche d’un local où centraliser toutes leurs activités.

 

"Gembloux hospitalière", un collectif qui vient en aide aux migrants

 

Une convention bientôt signée entre la Ville et « Gembloux hospitalière »

Lors de la séance de questions à la fin de la séance publique du conseil communal le 22 mai, Santos Lekeu-Hinostroza (MR) s’est étonné que la ratification d’une convention, ou au moins d’une charte, ne soit pas inscrite à l’ordre du jour du conseil. « C’est une question de bonne gouvernance. Faire les choses à l’envers déforce la cause » a-t-il affirmé. « Le collectif était en situation de détresse. Il y avait urgence. Nous avons pris nos responsabilités et nous avons agi en mettant ce local à disposition à titre précaire. Une convention est en cours de rédaction » lui a répondu le bourgmestre Benoît Dispa (Bailli).

L’action du collectif intégré au futur plan de cohésion sociale

Un peu plus tôt dans la soirée, Emilie Loward, chef de projet du Plan de Cohésion sociale (PCS) a présenté au conseil le PCS de la Ville de Gembloux pour la période 2020-2025. L’une des actions qu’il contient vise justement l’accompagnement d’urgence des sans-abri dont les migrants en transit avec la mise à disposition d’un lieu d’accueil de jour et d’un local de stockage pour le Collectif « Gembloux hospitalière ».

A noter enfin que le collectif est toujours à la recherche de bénévoles supplémentaires.

Blandine Rans

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.