Qui paie pour les trop nombreux dépôts sauvages ? Vous !

Canettes, bouteilles, sacs plastiques, dépôts clandestins, les services « propreté » des communes sont de plus en plus submergés. En cause : l’incivilité.

Dans les talus et la campagne…

Les jets de déchets, que ce soit sur les talus, dans les bois ou dans la campagne, sont de plus en plus recurrents. Exemple à Perwez où ils sont quatre ouvriers à sillonner le territoire communal pour ramasser les déchets. Mathieu Baugniet, Denis De Ruyver et Mathieu Deleuze sont partis sur le terrain le long de l’E-411 à la rencontre d’une équipe d’intervention.  

Un commentaire sur “Qui paie pour les trop nombreux dépôts sauvages ? Vous !

  1. Un reportage de Canal zoom pour mieux appréhender ce qui se cache derrière un dépôt sauvage.
    Un dépôt sauvage c’est « un tout petit peu d’argent gagné » pour le « dépositaire » que j’ai plus envie de qualifier autrement …… mais beaucoup d’argent dépensé pour la collectivité, sans compter l’irrespect majeur pour les travailleurs qui font partie d’une équipe « d’entretien » et non pas ne « nettoyeurs de crasses ».
    Rappelons que, chaque fois qu’il sera possible de le faire, les dispositions légales seront appliquées le plus sévèrement possible.
    En effet, même si l’inspecteur du DNF mentionne des chiffres peu dissuasifs dans le reportage, il faut rappeler que de tels dépôts constituent, en vertu de l’article 51 du décret du 27 juin 1996 relatif aux déchets, une infraction de catégorie 2 et que ces dernières peuvent être poursuivies par une amende administrative comprise entre de 50 euros à 100.000 euros en vertu de l’article D 160 du décret répression environnementale.
    Il faut en outre savoir qu’en vertu du règlement de Police, « l’application de sanctions administratives ne préjudicie en rien au droit pour le Bourgmestre de recourir, aux frais risques et périls du contrevenant, à des mesures d’office nécessaires pour assurer l’exécution matérielle du présent règlement ». En d’autres termes, outre l’amende, les frais engendrés peuvent au final être répercutés sur le contrevenant.
    Ces précisions m’apparaissent nécessaires en regard des propos tenus dans l’Interview laissant supposer un caractère peu dissuasif !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.