Projet éolien : Chastre 20+ irrité par le tract d’Ecolo

En pleine enquête publique, la locale Ecolo de Chastre a distribué aux habitants un tract les invitant à se prononcer sur le projet éolien d’Aspiravi. Avec une prise de position sans ambiguïté : « Nous n’avons plus le choix de nous opposer à ce projet. » L’initiative n’est pas du goût de son partenaire de majorité. Mardi soir, le conseiller Michel Cordy (Chastre 20+) l’a fait savoir en toute fin du conseil communal. L’intervention a suscité quelques remous.

« Ce n’est pas le tract qui me dérange, précise-t-il. Mais déontologiquement, je trouve problématique qu’un parti influence une enquête publique en cours. » Une vision partagée, d’ailleurs, sur les bancs de l’opposition Chastre@venir.

En réponse, l’échevin de l’Environnement Jean-Marie Thiry (Ecolo) invoque le droit à une information juste de la population. Les réseaux sociaux exacerbent, selon lui, les tensions : « Les gens y sont contre, globalement. Il faut qu’ils s’informent. »

Des frictions au sein de la majorité

Michel Cordy rappelle les termes de la déclaration de politique communale, co-signée par les partis de la majorité : « Le projet Aspiravi ne répond pas aux attentes des citoyens. (…) D’autres lieux sont possibles. » Le tract d’Ecolo, ajoute-t-il, vise à forcer la main à la population.

Jean-Marie Thiry ne nie pas les tiraillements. Mais il insiste sur un point : recalé à quatre reprises par le Conseil d’État, le projet d’Aspiravi (qui prévoit l’implantation de six éoliennes sur le plateau de Chastre) a selon lui toutes les chances de passer. La dernière remarque principale porte en effet sur un problème d’aménagement de voirie qui relève de l’autorité communale. « On a besoin de cette énergie durable pour remplir nos objectifs », conclut l’échevin.

Les habitants de Chastre sont donc appelés à se prononcer dans un contexte tendu entre partenaires de la majorité. La pétition en ligne réclamant l’abandon du projet a récolté à ce jour 426 signatures. L’enquête publique prendra fin ce 15 avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.