Pollution au mazout de chauffage dans Gembloux-centre

Vous êtes nombreux à l’avoir remarqué. Des odeurs désagréables se répandent dans le centre de Gembloux via le réseau d’égouttage depuis ce week-end. Elles sont « imputables à un déversement d’hydrocarbure », selon le bourgmestre, Benoît Dispa (Bailli). Et pourraient donc être dues à une pollution au mazout de chauffage. C’est en tous cas l’hypothèse privilégiée par les services d’urgence compétents.

La zone de secours NAGE est intervenue pour tenter de réguler la situation au plus vite ce lundi matin. Les pompiers ont appliqué le principe de la chasse d’eau dans différentes rues de la Cité des Couteliers. Un camion-citerne de 10 000 litres d’eau a été déversé dans certaines canalisations afin de diluer les substances et les odeurs irritantes. Le service « SOS Pollution » du Service Public de Wallonie a également été alerté. Il a ouvert une enquête.

Ce mardi, les odeurs persistaient. Une opération commune à la Ville de Gembloux, l’Inasep, la zone de secours NAGE et la zone de police Orne-Thyle a été menée dans l’après-midi. Ces derniers ont procédé à un porte-à-porte auprès des riverains pour trouver l’origine de la fuite. Jusqu’à présent, cette dernière n’a pas encore été localisée. Plusieurs hypothèses sont en cours d’évaluation.

Les différents services d’urgence se veulent rassurants. Aucun danger pour la santé des riverains n’est à craindre. Cependant, le bourgmestre a tenu à donner plusieurs conseils à ses concitoyens, comme celui « d’aérer au maximum leur habitation et de faire couler de l’eau via les chasses d’eau, ou via les lavabos pour qu’on puisse avoir un effet d’écoulement naturel ».

Heureusement, la situation s’améliore d’heure en heure puisqu’il semblerait que le déversement d’hydrocarbure se soit arrêté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.