Perwez : plus de 6 millions d’euros d’investissements prévus au budget 2020

Boni à l’exercice propre, taxes inchangées, paix fiscale et plus de 6 millions d’euros d’investissements: pour le bourgmestre Jordan Godfriaux, « le groupe Ensemble! tient ses promesses de respecter l’argent public ». Le budget communal était le point principal évoqué lors du dernier conseil communal de l’année à Perwez.

 

Le boni espéré à l’exercice propre dépasse les 35 000 euros pour 2020. Le montant des subsides accordés s’élève à 384 350 euros. Les principaux bénéficiaires sont Le Foyer de Perwez, l’asbl Anim’Mômes et l’ADL (Agence de Développement Local).

Budget extraordinaire de 6 millions d’euros

Le budget extraordinaire pour 2020 est estimé à plus de 6 millions d’euros d’investissements pour 45 projets. Parmi ces derniers, l’échevin des Finances, Etienne Rigo, annonce notamment le réaménagement de l’ancienne gare (1 550 000€), l’aménagement du presbytère de Perwez (budget total de 1 650 000€). Plusieurs aménagements dans les établissements scolaires sont également prévus: la création de préau, sécurisation des accès, mise à jour du câblage informatique. Un budget extraordinaire qui porte aussi sur le milieu sportif avec la création d’une salle multisports à Thorembais-les-Béguines (100 000€) ainsi que la sécurisation de l’accès aux terrains de tennis. « De nombreux projets lancés par l’ancienne majorité » a ironisé André Antoine, chef de file de l’opposition. Les réfections des toitures de l’Hôtel de ville, de la rue du Mont ou encore du garage communal ont aussi été comptabilisées dans ce budget.

Un budget 2020 très discuté : le groupe DRC+ met en garde

L’opposition émet des doutes quant au budget communal 2020. Selon le groupe DRC+, l’équilibre est fragilisé: les recettes sont d’après eux surévaluées (dividendes communaux ORES, IPP, ventes d’eau, de sacs poubelle ou encore de concessions cimetières (7 000€ en 2019 contre 20 000€ en 2020)). Selon la minorité, les dépenses pour le CPAS seraient également sous-estimées. Le boni de 35 547 euros se transformerait dès lors en mali de 83 479 euros.

La balise d’emprunt (de 333€/habitant/an) serait « malmenée » selon l’opposition perwézienne. Le groupe DRC+ s’étonne également d’un « emballement » de la dette. Cette dernière est chiffrée à 1 966 076 euros, avec une charge annuelle de 16%. Une dette qui a augmenté de 110% en dix ans. « L’opposition craint une dégradation des finances de la commune » a déclaré André Antoine concluant que « le budget n’est pas à l’équilibre et qu’il annonce des lendemains qui vont déchanter ».

Toutefois, le groupe Ensemble! se félicite : « malgré une importante dette héritée du collège précédent (2 248€/habitant), le collège actuel a pris ses responsabilités en investissant tant dans les services à rendre à la population, que dans l’entretien du patrimoine communal, et en améliorant les conditions de travail des agents communaux. »

La zone de secours de plus en plus chère

La dotation de la zone de secours du Brabant wallon était aussi à l’ordre du jour. Elle atteint 446 765€ (+22 000€). André Antoine rappelle que l’Etat fédéral ne finance pas les zones de secours comme prévu (22% au lieu des 50% prévus par la loi). Le groupe DRC+ a accordé son vote à la majorité. Le chef de file de l’opposition demande cependant au bourgmestre de tenir la situation à l’œil et de rappeler au fédéral ses obligations.

 

Le budget 2020 a été approuvé à 11 voies pour la majorité contre 10 voies pour la minorité. Les chiffres présentés lors du conseil communal de décembre sont basés sur ceux de 2017. Ils pourraient changer à l’avenir. Un audit financier est toujours en cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.