Perwez : le contournement de Thorembais-Saint-Trond revient au conseil communal

La séance de jeudi soir aura duré plus de quatre heures. Il est vrai que la majorité Ensemble! présentait sa déclaration de politique générale pour la mandature 2018-2024, une déclaration sur laquelle l’opposition DRC+ s’est longuement épanchée. Et puis le contournement de Thorembais-Saint-Trond est revenu sur la table…

Débat houleux autour du projet de contournement

L’opposition a déposé un point supplémentaire à ce sujet. Elle souhaitait que le Collège communal se positionne clairement sur ce chantier qui n’est toujours pas finalisé. En effet, pour que les expropriations nécessaires puissent avoir lieu, DRC+ rappelle que l’urgence et l’utilité publique du projet doivent à nouveau être réaffirmées. Et cela ne peut se faire que via l’adoption définitive du Plan Communal de Mobilité révisé en 2018 (celui-ci avait fait l’objet d’une consultation dans les différents villages avant d’être adopté provisoirement au conseil communal en juillet 2018). Hier soir, l’opposition a donc demandé au Collège de soumettre ce PCM à une enquête publique dans les 15 jours et d’informer la population sur les conclusions du document.

La congestion du trafic sur la RN 29 aux heures de pointe

Pour appuyer sa demande, DRC+ pointe les chiffres des derniers comptages réalisé en 2017 et 2018. Ceux-ci confirment l’aggravation de la congestion du trafic y compris les bus aux heures de pointe, essentiellement sur la RN29, avec aussi des files qui se forment sur l’E411 à la sortie 11. Autre conséquence : des automobilistes choisissent des itinéraires alternatifs, engendrant des nuisances pour différents quartiers ou villages. Pour Jean-Marc Aldric, ancien échevin de la mobilité, la voirie de contournement est importante pour l’avenir de la mobilité à Perwez. Pour André Antoine, il s’agit d’un vote historique. Un montant de près de 5 millions d’euros à liquider pour la fin 2020 est disponible à la SOWAFINAL. Et le chantier doit être terminé pour le 19 mars 2021 (durée prévue du chantier : 160 jours ouvrables compte tenu des aléas climatiques). Pour rappel, la voirie de contournement relierait directement le rond-point de la sortie 11 (près de « Sans Collier ») à la zone d’activité économique de Perwez.

Pas d’urgence pour Ensemble!

Pour Véronique De Brouwer, l’actuelle échevine de la mobilité, il n’y a pas d’urgence à valider le PCM. Elle annonce cependant une enquête publique dans un délai de 1 ou 2 mois. Et le contournement n’est pas indispensable à court et moyen termes précise-t-elle. Et d’ajouter ce qui suit. L’amélioration des giratoires de la RN29 par un double flux suffira à améliorer la situation pour de très nombreuses années. Et rien n’indique que le contournement éliminerait les files sur l’autoroute. Le contournement sera indispensable à long terme uniquement si 500 nouveaux logements font leur apparition et si la ZAE de Perwez s’agrandit sur 50 ha. Et ce ne sont pas les options de la majorité. Et même dans cette configuration et avec les trois giratoires de la RN29 réaménagés à Thorembais-Saint-Trond, Véronique De Brouwer relève que le temps d’attente le plus long à un carrefour serait de 24 secondes le matin et de 43 secondes le soir.

DRC+ sort de ses gonds

Ces déclarations ont fait bondir les élus de l’opposition. Ceux-ci relèvent que la création de la voirie de liaison est fortement recommandée. Et que des giratoires à double flux ne permettront pas à eux seuls de résoudre les problèmes de circulation. André Antoine pour sa part rappelle qu’il n’y a pas que les Perwéziens qui empruntent la RN29, la réflexion ne doit pas se limiter à la question de l’augmentation du nombre de logements à Perwez. Jules Noël a lui haussé le ton. L’ancien échevin parle de vues simplement électoralistes. « Vous avez des oeillères qui vous empêchent de voir la réalité. Si vous refusez le contournement, on ne pourra plus revenir en arrière ». Précision d’André Antoine à propos des giratoires : « C’est de toute façon la Région wallonne qui décide et pas la commune ». L’ancien bourgmestre annonce d’ailleurs l’imminence de travaux de réaménagement des seuls giratoires de la sortie 11 de l’E411, le Collège lui n’est pas au courant. « Si on s’attaque au rond-point de la Ville de Wavre » ajoute André Antoine, « on expropriera et ce sera aussi l’enfer pour les automobilistes, ce n’est pas sérieux ». En réponse, Véronique De Brouwer donne comme alternative au rond-point à double flux la possibilité de faire placer des feux intelligents à ce croisement de nationales, mais pour André Antoine cela n’a aucune chance d’aboutir.

La proposition de DRC+ est rejetée

Au moment de se prononcer sur le point introduit par DRC+, majorité et opposition se sont retrouvées à 10 contre 10. André Antoine a en effet rappelé qu’une élue d’Ensemble! avait un intérêt dans cette affaire, l’échevine Aurélie Flabat en l’occurence, parente au 1er degré d’une personne exploitant des terres visées par la procédure d’expropriation liée au contournement. Le point introduit par l’opposition a finalement été rejeté par 10 voix contre 10. Pour Jean-Marc Aldric qui s’exprimait dès hier soir sur les réseaux sociaux, le contournement est définitivement enterré.

La déclaration de politique générale et les réactions

Au cours de cette séance du 24 janvier, le bourgmestre Jordan Godfriaux a donné les grandes lignes de la déclaration de politique générale de la majorité Ensemble!. Pour les détails, il renvoie les Perwéziens au programme de sa liste dont la déclaration est la copie conforme. Rien de neuf donc mis à part quelques dossiers et faits récents qui illustrent la politique de la nouvelle majorité. Le bourgmestre annonce entre autres des concertations préalables avec les habitants à propos d’un projet immobilier à Thorembais-Saint-Trond et de la rénovation de l’ancienne maison de repos d’Orbais. A propos du réseau d’eau communal, l’audit est en cours et des propositions sont sur la table pour résoudre les problèmes d’approvisionnement d’ici 1 ou 2 ans. Des réunions avec les clubs sportifs sont programmées en février pour créer une nouvelle dynamique. On évoque aussi les travaux de rénovation de l’ancienne gare de Perwez dans un an et demi. Le collège reviendra également en mars-avril avec un projet de rénovation du presbytère de Perwez modifié. Jordan Godfriaux rappelle enfin la volonté d’Ensemble! de travailler avec les citoyens et avec DRC+ au travers des commission communales. En réponse, le chef de groupe DRC+ André Antoine regrette que les suggestions de son groupe ne soient pas écoutées. « On aurait dû aller vers un consensus mais on sera plus dans la proposition que dans la critique ». Pour le reste, l’ancien bourgmestre ne voit rien de neuf dans les intentions de la majorité, parle de litanie d’objectifs sans discours de la méthode, de contre-vérités et d’omissions coupables. Rien par exemple sur les logements publics subsidiables, l’extension de la ZAE, le plan communal de développement de la nature, la diminution de la production de déchets ou encore la transition climatique. « Où est l’empreinte d’Ecolo ? » dira notamment André Antoine. « C’est le programme du MR mais il suffit qu’un Ecolo se joigne à nous pour obtenir gain de cause » (la majorité d’Ensemble! ne tient qu’à une seule voix)… une réflexion qui a provoqué quelques éclats de rire.

Emmanuel Schu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.