Licenciement collectif chez Proximag

C’est la fin pour Proximag. L’Avenir Advertising, éditeur du journal toutes-boîtes, envisage de stopper les activités. L’entreprise n’est plus viable. Une procédure d’information et de consultation a été lancée avec la délégation syndicale.

La presse périodique gratuite ne fait plus recette. Dépassée par Internet, elle ne peut plus s’appuyer sur un portefeuille de clients suffisant pour assurer ses rentrées publicitaires. « Les parts de marché de la presse gratuite sont en diminution importante et constante tant au Nord qu’au Sud du pays et le secteur est structurellement en perte« , annonce Nethys dans un communiqué.

Aucun candidat n’a été trouvé pour les activités « toutes-boîtes » de Proximag. Le groupe Rossel, via son titre Vlan, a été pressenti, mais en vain. Seule issue : un licenciement collectif, qui laisserait sur le carreau 48 employés et 3 cadres. Les syndicats espèrent limiter la casse.

Le nom Proximag existe depuis 2013. Cette année-là, le magazine repris par Les Éditions de l’Avenir comptait 41 éditions en Wallonie, dont le toutes-boîtes L’Orneau à Gembloux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.