Le projet de 235 logements sur l’ancien camping de Aische-en-Refail ne plaît pas à Perwez

C’est un projet qui fait polémique à Aische-en-Refail: la transformation d’un ancien camping en 235 logements. Il ne semble pas davantage réjouir les élus perwéziens.

Les conseillers DRC PluS relèvent plusieurs problèmes que pourrait engendrer la réalisation de ce projet « Les jardins de là-bas » qu’ils assimilent à de l’urbanisation intensive. Atteinte à la biodiversité d’une part. A la mobilité d’autre part. « Ces constructions apporteraient un trafic quotidien de 500 voitures. Elles devront traverser l’entité de Perwez et de Thorembais-Saint-Trond.  Les rues Saint-Roch et du Mont sont déjà saturées aujourd’hui » a expliqué Florence Peeters lors du conseil communal jeudi soir.

Les conseillers de la minorité souhaitent donc que le conseil exprime officiellement son opposition à ce projet immobilier auprès du collège communal d’Eghezée, du promoteur, du ministre wallon de l’Aménagement du Territoire et du collectif « Sauvons Aische Rural ». Ils proposaient également que le conseil se réserve le droit de recourir à un avocat pour défendre les intérêts des Perwéziens dans ce dossier.

« Nous sommes très attentifs à ce dossier et partageons vos craintes sur la mobilité. Il faut rappeler que les 650 caravanes du camping occasionnaient aussi un trafic important. Ce n’est évident pas une raison pour tout accepter maintenant. Nous sommes en contact depuis plusieurs semaines avec les autorités d’Eghezée pour faire valoir notre point de vue. Il faut être constructif. Si le conseil adopte une telle position, nos partenaires pourraient penser qu’on leur plante un couteau dans le dos. Cela pourrait être contreproductif » a répondu l’échevin Etienne Rigo (Ensemble!).

« Si c’est le point qui concerne le recours à un avocat qui vous embête, nous pouvons amender la proposition. Mais voter contre celle-ci serait envoyer un très mauvais signal » a exhorté André Antoine (DRC PluS).

Les conseillers Ensemble! ont tout de même rejeté la proposition de l’opposition. Le projet, lui, n’en est qu’à ses débuts. Aucun dossier n’a encore été déposé. Le plan de secteur devra aussi être modifié puisqu’il s’agit actuellement d’une zone de loisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.