Le blues du confinement se soigne désormais dans les centres de soins

Ils trépignaient d’impatience. Quelque 32.000 indépendants ont rouvert ce matin la porte de leur établissement jugé « non essentiel » au cours des quatre derniers mois. Deux semaines après les coiffeurs, les tatoueurs, esthéticiennes, masseurs, ont repris leurs activités. À Walhain, l’agenda de Virginie Delmarcelle s’est très vite rempli. La gérante de « L’Instant présent » a ainsi pu faire profiter ses premières clientes de sa pratique de l’art du shiatsu.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.