La séance du conseil communal du 25 juin à Perwez

Chaleur à la limite du supportable pour cette séance de deux heures au cours de laquelle seuls les élus étaient approvisionnés en eau…

Soutien au Centre culturel « Le Foyer »

Des représentants du Foyer dont le président Robert Berwart (reconduit dans ses fonctions) étaient présents pour dresser le bilan de l’année 2018 et présenter le budget 2019 de l’institution. Le Foyer accueille toujours 73 associations membres et l’occupation de ses locaux dépasse les 90%. Le directeur Thibaut Brohet précise que le Centre culturel a déposé son dossier de reconnaissance en juin à la Fédération Wallonie-Bruxelles et que celui-ci a reçu des félicitations. Le projet d’activités 2019 du Foyer préfigure le contrat-programme qui démarre en 2020.

Relégué dans l’opposition, le groupe DRC+ par la voix d’André Antoine réaffirme le soutien qu’elle a apporté à l’équipe depuis des années via un financement supérieur à ce qui était imposé légalement… Une politique poursuivie par l’actuelle majorité Ensemble! Mais selon André Antoine, il faut un financement structurel de 15.000 euros en plus : « On réagira positivement pour combler un manque à gagner ». Le bourgmestre Jordan Godfriaux (Ensemble!) et le chef de l’opposition DRC+ ont félicité le Centre culturel pour le travail accompli.

Un cheminement éclairé pour le presbytère de Perwez

Un point concernait la création d’un parking et d’un cheminement pour les modes doux entre la rue de Brabant et la rue du Paradis à travers le parc du presbytère de Perwez. Sur proposition de la minorité, le groupe Ensemble! a donné son accord pour l’installation d’un éclairage public à cet endroit, « un éclairage approprié pour un contrôle social et la sécurité des usagers » précise André Antoine. Le point a donc été adopté à l’unanimité.

L’ancien bourgmestre DRC+ est également revenu sur le projet d’aménagement des caves du presbytère en milieu d’accueil pour la petite enfance : « Avez-vous un avis positif de l’ONE ? » demande André Antoine qui ajoute que le projet ne sera pas impossible mais pas facile non plus, pour une question d’éclairage naturel et de sécurité notamment. Selon Julie Daems (Ensemble!), l’échevine de la petite enfance, il n’y a pas d’a priori du côté de l’ONE.

Adhésion de Perwez à la centrale d’achat RENOWATT

Pour atteindre les objectifs de réduction d’au moins 23% des consommations d’énergie en Région wallonne d’ici 2030 (par rapport à 2005), la majorité planche sur la rénovation énergétique des bâtiments communaux. Elle va signer une convention d’adhésion à la centrale d’achat RENOWATT, créée par la Région wallonne, et profiter gratuitement de son expertise et de son assistance. Le conseiller DRC+ Jean-Marc Aldric se demande ce que la commune va dès lors faire de son cadastre énergétique et de la comptabilité énergétique des bâtiments. L’échevine de l’énergie Véronique De Brouwer (Ensemble!) répond que le conseiller énergie de la commune travaillera avec RENOWATT pour déterminer s’il y a des bâtiments qui pourraient faire l’objet d’une rénovation. André Antoine se demande d’où viendront les moyens financiers indispensables aux rénovations. Pour l’échevine, le support de RENOWATT ira jusqu’à proposer un montage financier. Et l’intercommunale inBW viendra également en support. Unanimité pour ce point.

L’aménagement de l’ancienne gare de Perwez

Dans ce dossier,  on en est au stade du marché des travaux : aménagement du bâtiment (en maison multiservices et logements tremplins) et de ses abords. Montant estimatif : 1.550.000 euros. Satisfecit de l’ancienne majorité DRC+ qui a pu faire passer le dossier in extremis dans le Programme communal de développement rural avec un maximum de financement. Et remerciements du bourgmestre Jordan Godfriaux (Ensemble!) adressés à l’ancienne majorité ainsi qu’à la nouvelle équipe « pour la réduction des coûts ». Un point qui a aussi fait l’unanimité.

Perwez, commune hospitalière

Inscrit dans la déclaration de politique générale de la majorité, ce projet a fait l’objet d’une motion adoptée à l’unanimité par le conseil communal, ce qui n’a pas empêché Ensemble! et DRC+ de s’accrocher. Cette motion émane d’une Table ronde réunissant la majorité, l’opposition, les associations et les citoyens actifs. Son but est notamment d’assurer un accueil de qualité aux personnes de nationalité étrangère dont les migrants. La première étape étant d’informer et de sensibiliser les Perwéziens à cette problématique.

Mais au préalable, André Antoine (DRC+) a soumis quelques amendements dont entre autres des références au Pacte de Marrakech et aux visites domiciliaires. Pour Véronique De Brouwer (Ensemble!), échevine de la Participation et de la Citoyenneté, arriver en dernière minute avec des amendements n’est pas la bonne méthode, surtout après les réunions de la Table ronde qui a travaillé pour obtenir un texte qui agrée tout le monde. Regrets de Jean-Marc Aldric (DRC+) pour qui « les amendements ne remettent pas en cause de manière structurelle ce qui a été décidé ».

Une motion de l’opposition sur le refus d’une base ULM à Thorembais-les-Béguines

Dans ce dossier, on sait depuis le 19 juin que la majorité s’oppose au projet de base ULM à Thorembais-les-Béguines. Les porteurs de projet ont annoncé qu’ils allaient dans un premier temps tenter leurs chances ailleurs. Mais rien ne dit qu’ils ne reviendront pas à la charge. Voir notre reportage : https://wp.me/p8Emqa-6bY

Côté opposition, la motion déposée au conseil communal était l’occasion pour la minorité de rappeler son opposition au projet. « On a fait le choix de la ruralité » explique André Antoine. Et la population n’a pas à choisir entre les ULM et les éoliennes comme le prétendent les porteurs de projet. Parce que des éoliennes ne peuvent s’implanter à Thorembais-les-Béguines ou Malèves, ce qui créerait un phénomène d’encerclement. André Antoine précise aussi que selon le CoDT (le code wallon du développement territorial), les ULM ne peuvent être autorisés que pour des activités de loisirs, pas pour construire des bâtiments. Et pour les nuisances, le Collège communal peut réclamer une étude d’incidences aux porteurs de projet. Et si ces derniers reviennent avec un projet sans bâtiment, « il ne faut pas leur laisser d’espoir » ajoute André Antoine. Pour l’ancien bourgmestre, l’intérêt d’adopter la motion de son groupe, c’est d’avoir une position commune de l’ensemble du conseil communal. Si les porteurs de projet parviennent à obtenir un permis après recours, ce document donnerait au Collège communal la capacité d’aller devant le Conseil d’Etat sans être obligé de revenir devant le conseil communal.

Si une demande de permis émane malgré tout des porteurs de projet, le bourgmestre Jordan Godfriaux précise que le Collège communal fera tout pour s’opposer à la création d’une base ULM. Et cela passera par une étude d’incidences. Jordan Godfriaux regrette au passage que son prédécesseur ait été moins à l’écoute des habitants à propos de la salle construite près du cimetière de Thorembais-les-Béguines. André Antoine ne se souvient pas qu’il y ait eu un tollé à l’époque. La motion de DRC+ a finalement été rejetée par la majorité.

Emmanuel Schu

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.