Gembloux : la FWA demande des précisions concernant l’avancée de la peste porcine

Deux sangliers, positifs au virus de la peste porcine africaine, ont récemment été abattus par des chasseurs dans la zone d’observation renforcée. L’épidémie poursuit donc son extension vers la France. Elle provoque aussi de sérieuses inquiétudes parmi les éleveurs porcins du pays.

La Fédération Wallonne de l’Agriculture prône depuis le début de la crise une communication transparente et rapide. La FWA regrette que cette nouvelle – et cruciale – information n’ait pas été communiquée en priorité aux représentants des éleveurs porcins.

Des éleveurs inquiets

Selon la FWA, les éleveurs « sont extrêmement inquiets de l’avenir de leur activité, et cette nouvelle découverte vient encore renforcer ces inquiétudes légitimes. En effet, la zone d’observation renforcée est, a priori, une zone supposée indemne, qui acquiert désormais le statut de zone infectée. Le Ministre René Collin annonce dans un communiqué qu’en fonction des nouvelles découvertes, les zones opérationnelles de lutte vont être adaptées ».

« Le fait que les nouveaux cas découverts soient très proches de la frontière fait craindre une extension de l’épidémie vers la France, ce qui serait catastrophique pour le secteur porcin européen dans son ensemble. La FWA demande d’urgence des précisions quant au nouveau zonage, car cela impacte directement les éleveurs porcins qui jouxtent les zones actuelles et pourraient être englobés dans des zones plus étendues qui seraient définies ».

Plus d’informations sur le sujet via ces reportages de nos confrères de TV Lux :

Peste porcine africaine : début de la pose de la deuxième clôture à l’ouest

Peste porcine : la zone tampon agrandie !

La peste porcine africaine depuis presque 4 mois en Gaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.