En 2020, le CPAS de Gembloux s’est avéré plus utile que jamais

L’heure était au bilan pour le CPAS de Gembloux mercredi soir. Lors de la séance conjointe du Conseil communal et du Conseil de l’Action sociale, les travailleurs sociaux sont revenus sur les principaux défis de cette année 2020.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le Covid-19 aura joué un rôle majeur dans les actions menées par la Ville et le CPAS. Si la concertation a toujours existé entre leurs différents services, elle a été renforcée par de nombreux projets communs. Citons la mise en place d’un tableau de bord permettant les échanges d’informations et de contacts utiles pour répondre aux besoins des citoyens, le succès du réseau Caravane, la plateforme « Gembloux Solidaire »… Mais surtout, la mise en place de colis alimentaires.

Des colis alimentaires solidaires, plus que nécessaires

Au coeur de ce projet, on retrouve évidemment la Ville et le CPAS, mais aussi les Restos du Coeur, la Régie des Couteliers, Imagin’amo et la Croix-Rouge de Belgique. Grâce à eux, du 10 avril 2020 au 15 janvier 2021, ce sont près de 3 400 colis qui ont été livrés à plus de 400 personnes. À noter que sur toutes les familles bénéficiaires de cette aide, 45% n’étaient pas aidées avant la crise.

Isabelle Groessens (Ecolo), la présidente du CPAS, s’est réjouie de ce « renfort de l’aide alimentaire sous forme de colis face à l’urgence de la crise« . Mais elle a tenu à rappeler que pour elle : « Les colis ne devraient pas exister. C’est un symptôme. Mais ce n’est pas un horizon, un cap à garder. » Elle préfère donc mettre l’accent sur les perspectives et les autres formes d’aides qui existent déjà, comme le projet d’épicerie sociale.

Un projet qui n’a pas manqué de faire réagir le conseiller communal Fabrice Adam (Ecolo), qui a tenu à souligner quelques points forts de l’épicerie sociale. « C’est une aide qui renforce l’autonomie des personnes aidées, qui peuvent choisir les produits dont elles ont besoin. Payer, même à un tout petit prix, ces produits, permet aussi de renforcer la dignité de ces personnes. »

Aucune date n’est pour le moment avancée pour la mise en place de ce système d’aide. Mais la présidente du CPAS l’assure « C’est la direction dans laquelle il faudra aller après la crise. Une fois que la demande de colis alimentaires se sera calmée. »

Des subsides aussitôt reçus, aussitôt utilisés

La crise que l’on connait a évidemment remis en cause le budget 2020 du CPAS de Gembloux. Le nombre de bénéficiaires n’ayant fait qu’augmenter durant l’année. La présidente s’attend d’ailleurs à une nouvelle augmentation du public dans les mois à venir. A l’heure actuelle, 270 Gembloutois sont bénéficiaires du Revenu d’Intégration Sociale (RIS). Ce nombre a augmenté de 30% entre janvier et novembre 2020.

A noter aussi que de nouveaux publics ont fait appel à l’aide du CPAS cette année. Notamment des indépendants et ménages avec de bas revenus.

Pour financer cette hausse importante des demandes, le CPAS a pu compter sur des montants importants du fédéral, via un Fond Covid. Isabelle Groessens le précise, « le but de ce subside, c’est d’agir de manière préventive. Avant que les personnes basculent dans la précarité. Ce qui nous permet d’agir de différentes manières : pour les loyers, les soins de santé, pour la précarité infantile… » Sur les 180 000€ reçus, plus de 84 000 euros ont déjà été dépensés. Soit 46% de la somme totale.

Quant au Fond Covid de la Ville, 25 000€ ont été utilisés sur les 50 000€ mis à disposition du CPAS.

Les subsides alimentaires émanant de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la région Wallonne s’élevaient à 35 000€ et ce sont 30 000€ qui ont d’ores et déjà été utilisés pour la confection des colis alimentaires.

L’opposition s’abstient pour le vote du budget 2021

La dotation communale est fixée à 3 618 000€ pour 2021. Soit une augmentation de 14,2%. Une large hausse qui n’a pas manqué de faire réagir les conseillers communaux. A commencer par Philippe Grévisse, conseiller communal (Ecolo) qui souligne cette augmentation : « A Gembloux, c’est la carte de la pleine solidarité et de la synergie entre la ville et le CPAS qui est jouée et je pense que nous pouvons en être fiers. »

Du côté de l’opposition par contre, même si on souligne que cette hausse est justifiée et que c’est une bonne chose, on se veut plus nuancé. Pour Marie-Paule Lengelé, conseillère communale (PS), « le CPAS panse actuellement les blessures et essaye de garder la tête hors de l’eau. Tout ça grâce à la dotation communale actuelle. » Ils doivent donc garder en tête que cette aide exceptionnelle ne sera que temporaire. Elle reviendra à un rythme de croisière une fois la crise passée.

Le groupe MR, représenté par Santos Leukeu, a tenu à mettre en garde le CPAS quant à l’utilisation du fonds de réserve, qui « fond comme neige au soleil. On peut même dire qu’il aura disparu à l’horizon 2026« . Le conseiller interroge la majorité « Comment allez-vous faire pour maintenir vos actions essentielles dans cette configuration ? »

Rejoints par le groupe Défi, les partis de l’opposition ont donc préféré s’abstenir lors du vote du budget 2021 du CPAS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.