Débats autour du logement et du PST à Perwez

Peu de points (sept) à l’ordre du jour de la séance du conseil communal du 19 septembre à l’hôtel de ville de Perwez mais plusieurs d’entre eux ont suscité le débat.

Déclaration de politique du logement 2019-2024

Cette déclaration, présentée par l’échevine du logement Véronique De Brouwer, détermine les objectifs et mesures à prendre pour promouvoir le droit à un logement décent. En voici les grands axes déterminés par la majorité Ensemble! :

  • augmenter l’offre de logements en créant de nouveaux logements Tremplin pour les jeunes, en luttant activement contre les immeubles inoccupés et en favorisant la création de logements adaptables à l’âge et au handicap
  • renforcer la concertation et les partenariats, création d’un guichet logement unique
  • promouvoir l’efficacité énergétique des logements
  • améliorer la qualité de vie dans les quartiers

L’opposition DRC+ juge trop vague la déclaration de la majorité. Pour André Antoine, le logement est le débat essentiel de la législature. A ce titre, le conseiller communal a présenté 14 amendements « correspondant à une politique volontariste et qui a déjà fait ses preuves » avec notamment des objectifs chiffrés, une attention portée aux étages vides des commerces ou anciens commerces, aux résidences Abbeyfield, aux résidences-services, à l’AIS du Brabant wallon, aux partenariats public-privé ou encore à l’acquisition de terrains à revendre à prix coûtant aux jeunes ménages.

Tous ces amendements, à l’exception d’un seul – adopté à l’unanimité – ont été rejetés. « Vous vous trompez de débat et de document » lancera l’échevine du logement qui précise que les objectifs et les chiffres ne doivent pas se retrouver dans la déclaration… ce que conteste André Antoine.

Le Programme Stratégique Transversal 2018 – 2024

La majorité Ensemble! présentait également son PST, son Programme Stratégique Transversal, un outil qui concerne à la fois la commune et le CPAS. Ce point n’était pas soumis au vote. Cet outil de gouvernance s’impose désormais à toutes les communes et se décline en objectifs stratégiques, objectifs opérationnels, projets et actions. Il concerne à la fois l’organisation de la commune et le développement de la politique communale. Il sera évalué à mi-législature et au terme de celle-ci.

Les objectifs stratégiques du PST visent :

  • un cadre de vie de qualité pour répondre aux besoins de l’ensemble des habitants
  • un développement cohérent du territoire dans une optique de qualité environnementale et d’aménagement durable
  • un développement économique et commercial prospère
  • un développement des synergies des ressources humaines
  • un développement des synergies entre ses administrations

Une série d’objectifs opérationnels ont également été cités. Et on recense également pas moins de 229 actions concrètes.

Dans les rangs de l’opposition, Jean-Marc Aldric souligne l’importance du travail réalisé par l’administration pour l’élaboration de ce document, même s’il y a des lacunes (on ne sait pas comment les objectifs seront mis en oeuvre, par qui, avec quels moyens, et comment ils seront évalués). Le bourgmestre Jordan Godfriaux confirme qu’il faudra adjoindre au document une ligne budgétaire, des indicateurs de résultats et des responsables au niveau administratif et politique. André André proposera de reporter le point, le temps pour la majorité de compléter le PST. Une proposition que le bourgmestre n’a pas suivie. André Antoine s’est donc livré à quelques réflexions. Il relève quelques absences. Pas de chiffres, de calendrier ou de localisation des actions, pas de participation citoyenne pour l’élaboration du PST, pas de plan de transition écologique ambitieux, quid du plan communal de mobilité, du programme de rénovation urbaine et du SOL de Thorembais-Saint-Trond ? etc.

Le contrat de rivière Dyle et Gette

L’assemblée a adopté par 12 oui (dont une voix de l’opposition, le reste des conseillers DRC+ s’abstenant) le programme d’actions 2020-2022 pour résoudre les atteintes aux cours d’eau et sensibiliser les citoyens à la protection et à la bonne gestion du patrimoine naturel et paysager. Ses différents axes : la gestion active des points noirs (rejets d’égouts, dépôts de déchets, érosion des berges, dégradation des ouvrages d’art, pulvérisation d’herbicides, plantes invasives), la sensibilisation et la valorisation du patrimoine que constituent les cours d’eau (campagnes d’info, courriers ciblés, actions rivières propres, journées wallonnes de l’eau).

Pour l’opposition, le nouveau programme d’actions est dans la continuité de ce qui a précédé. André Antoine réclame le recours à des sanctions si nécessaire, ce qu’il ne voit pas dans les textes. « Sinon quel message allez-vous donner ? »

L’échevine de l’environnement Véronique De Brouwer rappelle que le recours aux sanctions est prévu et que l’ancienne majorité n’y a jamais eu recours. Elle précise également que la majorité actuelle espère faire mieux que l’ancienne en termes d’objectifs atteints.

Le départ de Xavier Cornet

Majorité et opposition confondues, l’assemblée a rendu un hommage appuyé au conseiller communal démissionnaire. On aura entendu des mots comme enthousiasme, désintérêt ou encore plus-value… Xavier Cornet avait expliqué à notre micro les raisons de son départ (le reportage à voir ici : https://wp.me/p8Emqa-6zi ). C’est Virginie Draux qui reprend le flambeau au sein du groupe DRC+

 

Une prime à propos des chats domestiques

Le Collège communal proposait d’adopter une prime destinée à aider les particuliers à remplir leurs obligations d’identification, d’enregistrement et de stérilisation de leurs chats. 10 euros pour l’identification/enregistrement, 20 euros pour la stérilisation d’un chat mâle et 30 euros pour la stérilisation d’un chat femelle. Un budget de 1.000 euros est prévu à cet effet. Le Collège prévoyait de limiter cette prime à un chat domestique par famille. A la demande du groupe DRC+, chaque famille pourra finalement chaque année bénéficier de la prime pour un maximum de trois chats domestiques. Par ailleurs, le conseil communal a adopté une convention pour une campagne de stérilisation des chats errants à mener sur le territoire communal.

Questions de fin de séance

Avant le huis-clos, certains conseillers ont fait part de leurs préoccupations. A nouveau à propos du chantier de la rue du mont avec les difficultés pour les véhicules d’accéder aux habitations et notamment les services de secours. Cette problématique avait déjà fait l’objet d’une intervention lors de la séance précédente. Le bourgmestre précise que lui-même et l’administration communale ont rappelé à l’entrepreneur ses obligations en la matière. Un renforcement des équipes sur le terrain a également été constaté.

De son côté, l’ex-échevin des finances Michel Jeandrain s’inquiète de ne pas voir les comptes communaux arriver sur la table du conseil communal. Le bourgmestre répond qu’il faut tenir compte de l’audit financier en cours mais que les services financiers ont été alertés à plusieurs reprises.

Emmanuel Schu 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.