Covid-19 : les festivités annulées pour plusieurs mois encore

Depuis mars dernier, nombreux sont les événements qui ont été annulés : carnavals, JIVS, Moissons de l’amitié, Braderie de Gembloux… Le temps des grands rassemblements dans vos villages peut vous sembler bien loin. Et avec 10 nouvelles admissions en deux jours dans les unités Covid des hôpitaux du Brabant wallon, l’heure n’est pas au relâchement des mesures.

Habituellement, en cette période, les sapins de Noël ramassés devant vos habitations servent à mettre sur pied les grands feux de la région. Mais cette année, il n’en sera rien. Les organisateurs de celui de Lonzée nous avaient d’ailleurs partagé leur tristesse de voir cette tradition reportée à l’an prochain.

Sans connaitre l’évolution de la pandémie dans les prochaines semaines et les prochains mois, difficile pour les communes de se fixer un calendrier pour la reprise des festivités. A Chastre, l’échevin Michel Cordy ne s’attend pas à pouvoir organiser d’événement avant la fête de la musique, mi-juin. Même s’il n’exclut pas la possibilité de soutenir les artistes locaux par une action en visioconférence dans les mois à venir.

A Gembloux comme à Walhain, les événements seront analysés au cas par cas. Même si les comités organisateurs prennent en général les devants en annulant eux-mêmes leurs activités. Au niveau communal, aucune date de retour des festivités n’est avancée. Même si on craint déjà l’annulation du carnaval et de Gembloux Auto-Rétro début avril.

Même la Fête médiévale qui a lieu fin mai à Corroy-le-Château pourrait à nouveau être reportée d’un an. Puisqu’elle demande un important travail d’organisation et de logistique en amont. Travail qui serait difficilement réalisable à distance. D’autant plus que selon Emmanuel Delsaute, les réunions par visioconférences ont tendance à « exclure certaines personnes qui ne sont pas familières avec ces nouvelles technologies ».

L’échevin gembloutois déplore d’ailleurs un « coup dur » pour le milieu associatif. « C‘est au rythme de petits événements, comme les soupers de clubs sportifs, que les associations fonctionnent, s’entretiennent et que les relations se renforcent », explique-t-il. Aujourd’hui, ces associations espèrent donc un retour rapide de leurs activités, sans pour autant se lancer à corps perdu dans l’organisation d’événements dont la tenue reste aléatoire, tant elle dépend des mesures sanitaire en vigueur dans les prochains mois.

 

L’important, pour les échevins en charge des festivités, est donc de rester vigilant et de respecter aux mieux les mesures imposées, afin que la vie de leurs villages puissent reprendre son cours au plus vite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.